AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
- Nouveau Thème en Installation !
- Grand Ménage sur le forum !

- Recrutement prochainement d'une nouvel équipe
- Ouverture officiel pour début Juillet 2012 !!!

Partagez | 
 

 Les annonces de Nicolas Sarkozy sur l'industrie déçoivent

Aller en bas 
AuteurMessage
LoOiic
Administrateur
Administrateur
avatar

Statut : Militaire
Composante : Armée de Terre
Masculin
Messages  : 192

Inscrit  : 20/02/2009
Emploi, Loisirs  : Militaire

MessageSujet: Les annonces de Nicolas Sarkozy sur l'industrie déçoivent   Jeu 4 Mar - 21:59

Le PS et la CGT fustigent l'absence de politique industrielle, tandis que le MoDem regrette qu'un "plan cohérent" n'ait pas été lancé.

[color=#000000][b">MartineAubry, première secrétaire du PS, a commenté jeudi 4 mars les annonces du président Nicolas Sarkozy sur l'industrie en estimant que les "discours et l'agitation ne viendront pas compenser l'absence de politique industrielle depuis 2002".
Avec les secrétaires nationaux du PS Guillaume Bachelay (industrie), et Aurélie Filippetti (questions énergétiques), Martine Aubry a affirmé dans un communiqué que "les déclarations grandiloquentes, les coups de menton et les convocations à répétition des patrons de multinationales à l'Elysée ne remplaceront jamais une politique industrielle de long terme".

"Cette politique manque à la France depuis 2002 et Nicolas Sarkozy n'a rien fait depuis 2007 pour y remédier", juge Martine Aubry, pour qui ces dernières années, "un demi-million d'emplois industriels ont été détruits, alors que 70.000 avaient été créés entre 1997 et 2002, quand la gauche était au pouvoir, preuve qu'il n'y a pas de fatalité".
"Ce énième discours présidentiel n'est pas d'intérêt général, mais de pure opportunité électorale", assure Martine Aubry.

"Personne n'est Dupe"

"Personne n'est dupe, à commencer par les salariés et les entrepreneurs dans la tourmente : à dix jours des régionales, le président de la République cherche à occulter l'abandon industriel dont les libéraux sont responsables", juge-t-elle.
Rappelant les "54 propositions pour une nouvelle ambition pour l'industrie", présentées récemment par le PS, l'ancien numéro deux du gouvernement Jospin juge que le "chef de l'Etat aurait été avisé de s'en inspirer".


"Plutôt que de multiplier les micro-mesures et les micro-fonds, la France a besoin d'une politique pérenne avec un pôle public d'investissement industriel (2P2I)", estime la maire de Lille.

[color=#000000][b">Des mesures "en contradiction avec les objectifs affichés"

Le syndicat CGT juge de son côté que "les annonces" de Nicolas Sarkozy sont"décevantes", car "des mesures pour les industriels ne font pas une politique industrielle".
Dans un communiqué, la CGT, qui a lancé l'idée des Etats généraux de l'industrie conclus jeudi par le chef de l'Etat à Marignane (Bouches-du-Rhône), estime que "les mesures annoncées sont en contradiction avec les objectifs affichés" par Nicolas Sarkozy, qui entend notamment "augmenter de 25% de la production industrielle française d'ici fin 2015".

"Certes, nous pouvons souscrire au diagnostic et partager la nécessité réaffirmée du besoin d'une politique industrielle", admet un communiqué de la centrale syndicale disant défendre depuis "plus de 20 ans" une telle approche.

Mais, indique la confédération, "la question de l'emploi qualifié, durable, de la formation et des salaires n'est pas placée au premier rang des priorités, alors que c'est aux yeux de la CGT le levier principal d'une politique de développement industriel".

Le financement des activités en question

En outre, estime-t-elle, "le problème de financement des activités industrielles n'est pas résolu" et il "prédomine encore une approche en terme d'aides et d'exonérations en faveur des entreprises, alors même qu'elles profitent de 80 milliards d'euros d'exonérations annuelles".
La centrale de Bernard Thibault réclame à nouveau "la création indispensable d'un véritable pôle public financier".

Le président du MoDem François Bayrou a pour sa part approuvé "la préoccupation d'une politique industrielle pour la France" exprimée par Nicolas Sarkozy, mais a regretté l'absence de "plan cohérent" pour réoccuper des secteurs de production abandonnés et "technologiquement à notre portée".

"J'approuve la préoccupation exprimée par Nicolas Sarkozy d'une politique industrielle pour la France. Je trouve depuis longtemps que c'est la question principale", a dit à l'AFP le leader centriste après le discours sur l'Industrie du chef de l'Etat à Marignane.

"C'est d'autant plus préoccupant qu'une autre étude sortie aujourd'hui (de la Direction générale du Trésor et de la Politique économique -DGTPE- ndlr) montre que la majorité des emplois perdus l'a été, non pas en direction des pays à salaire écrasé, mais en direction d'autres pays développés. Cela montre bien que nous sommes devant un mouvement de grande ampleur qui touche même les secteurs de pointe de l'industrie française", a-t-il ajouté.

Des solutions "encore à trouver"

Pour l'ex-candidat à la présidentielle, "les solutions concrètes restent encore à trouver".
"L'idée d'un produit d'épargne n'est pas une mauvaise idée mais on pourrait aussi imaginer d'aider concrètement des banques à faire leur travail", a-t-il estimé.

De la même manière, François Bayrou dit approuver "que l'on appelle les administrateurs représentant l'Etat à jouer pleinement leur rôle dans les conseils d'administration des entreprises publiques pour les inciter à plus de volonté dans la localisation de leur production sur le territoire national".
En revanche, il dit moins croire "à la fixation autoritaire par l'Etat d'une augmentation de 25% des parts de marché: c'est une annonce mais on ne voit pas bien comment elle peut être réalisée".

"Ce qui manque le plus, regrette le patron du MoDem, c'est un plan cohérent pour que notre industrie française et européenne réoccupe des secteurs entiers de production qui sont aujourd'hui complètement abandonnés, en étant pourtant technologiquement à notre portée".
"Dans une telle politique, le Fonds stratégique d'investissement et la Caisse des dépôts et consignations devraient jouer un rôle leader", a-t-il conclu.
Sans surprise, l'UMP a salué l"'ambition, la vision, et le pragmatisme" de la "nouvelle politique industrielle" pour la France.

Le porte-parole du Nouveau Centre Maurice Leroy s'est quant à lui félicité de "la volonté affirmée à Marignane par Nicolas Sarkozy de renouer avec une véritable politique industrielle". Et la CFTC a "approuvé la volonté du Président de la République de donner enfin une nouvelle impulsion à l'industrie française".

(Nouvelobs.com)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://armees-fr.1fr1.net
 
Les annonces de Nicolas Sarkozy sur l'industrie déçoivent
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armées-Fr :: Actualité Internationnale, Mondiale :: -
Sauter vers:  
@ll right reserved © 2011-2012 | Toute reproduction totale ou partielle est interdite !
Codage et thème - © LoOiic